Architecture populaire

Chimenea Tradicional Comarca Alto Gállego
Casa Tradicional Comarca Alto Gállego

Au fil des promenades, laissez-vous captiver par nos villages et notre population, et ce faisant peut-être vous questionnerez-vous, en faisant appel au passé, sur les raisons de ce modèle rural. Voici des précisions sur quelques éléments qui ont eu une influence sur ce paysage.

 

LE CLIMAT

Le climat est rude, ici. Certains villages se situent à mille mètres d’altitude, d’autres plus haut encore. Il est rare de voir neiger tout au long de l’année mais même en juillet et en août les nuits sont fraîches. Pour les localités plus au sud, le climat est continental : froid en hiver et chaud en été.

Du fait de ce climat, les villages sont construits tournés vers le soleil. Les maisons sont robustes, avec d’épais murs de pierre, de rares fenêtres, et surtout une grande cheminée apte à répartir la chaleur dans toute la maison : ce qu’on appelait le « foyer », autour duquel se déroulait toute la vie quotidienne.

 

AGRICULTURE ET ÉLEVAGE

Avant l’arrivée du tourisme, l’élevage et une petite agriculture pluviale étaient les seuls recours économiques. L’invention de la transhumance fut une idée de génie : comme en hiver le bétail ne pouvait pas paître en montagne, on conduisait les troupeaux dans la vallée, pour les faire remonter ensuite ; ainsi, ils profitaient alternativement de la bonne herbe en haut et en bas.

 

LA CONTREBANDE

Mais ces pratiques n’existaient pas uniquement de ce côté des Pyrénées : on vivait la même chose aussi de l’autre côté, sur le versant français, ce qui a conféré à ces terres pyrénéennes une unité géographique malgré la présence d’une frontière. Aujourd’hui encore, il est fréquent d’avoir de la famille « de l’autre côté ». Même nos langues présentent des similitudes, puisque l’occitan et l’aragonais sont plus proches l’un de l’autre que le castillan et le français.

Ce mode de vie a favorisé le troc, y compris en catimini : l’huile s’échangeait contre le chocolat, les cloches contre des montures… de la contrebande pure et simple. En cherchant un peu, vous découvrirez de drôles d’anecdotes mettant en scène « gendarmes » et villageois.

 

AUJOURD’HUI

Dans différents villages de la Comarque on trouve une signalétique en terre cuite à propos des principaux édifices de l’architecture populaire et leur emplacement. Nombre de ces villages sont restés tels qu’autrefois, conservant leur aspect typiquement pyrénéen.

Signalons notamment Javierrelatre, Larrés, Lárrede, Sandiniés et Sallent, entre autres. Pour savoir à quoi ressemblait une maison traditionnelle, ne manquez pas le musée du Serrablo de Sabiñánigo.

Photo en haut : Cheminée traditionnelle
Photo en bas : Entrée d’une maison traditionnelle