La région

Nuestro Territorio
Njuestro Territorio

Histoire. De nos ancêtres à aujourd'hui

Des éléments comme les dolmens néolithiques retrouvés à Biescas et Ibirque ainsi que différents mégalithes dans la vallée de Tena attestent du fait que l’histoire de l’homme sur ces terres nommées aujourd’hui Alto Gállego remonte à bien longtemps.

Si nous manquons d’indications fiables quant à leur occupation précise, nous savons cependant que les premiers établissements importants de population dans la région datent de l’époque romaine, avec une colonie du nom de Corona de San Salvador implantée près de Sabiñánigo, aux abords de la voie qui montait aux bains de Panticosa.

Par la suite, au VIIIe et IXe siècle, voit le jour une circonscription rurale dénommée Al-Yalliq ; époque de razzias musulmanes où, en 781, Abd al Rahman I viendrait à attaquer Sallent.

En 1029, García Sánchez I lègue le Gállego, ainsi que le comté d’Aragon et d’autres terres, à son fils Ramiro qui deviendra le premier roi d’Aragon.

C’est à la fin du Moyen-âge que commence la domination des seigneurs féodaux, dont les Villacampa dans la vallée du Guarga, qui assoient leur pouvoir d’une main de fer.

Les siècles suivants seront particulièrement durs du fait des ravages causés par les affrontements militaires qui se succèdent, les destructions et les pillages ayant des conséquences désastreuses pour la région. Ainsi, en 1592, les Gascons – luthériens – occupent un temps la vallée de Tena, de même qu’au XVIIIe siècle qui s’ouvre avec le siège de la vallée par les troupes austrophiles de la guerre de Succession.

Au XIXe siècle, après la guerre d’Indépendance, les traités de pâturages ou « pazerias » sont rétablis de par et d’autres de la frontière,  et le tourisme commence à faire ses premiers pas avec les célèbres Bains de Panticosa.

Le XXe siècle sera marqué par l’explosion démographique de Sabiñánigo, grâce à l’industrialisation qui fait émigrer les gens des villages vers cette ville, après l’arrivée du chemin de fer, la construction de centrales hydro-électriques dans la vallée et le développement de quelques industries à Sabiñánigo.

Plus tard, la région connaîtra de nouveau le désastre avec la guerre civile. Indépendamment du phénomène d’immigration en soi, ses conséquences seront dramatiques pour la population du Serrablo, qui se trouve sur la ligne de front.

Dans les années cinquante et soixante, le dépeuplement s’accroît dramatiquement et beaucoup de villages sont désertés, comme ceux de Sobrepuerto et Guarguera, puis, plus tard, dans la vallée de Tena, suite à la construction de barrages, l’un des problèmes majeurs auxquels sont confrontés aujourd’hui la région pyrénéenne et l’ensemble du territoire aragonais.

À l’heure actuelle, le tourisme est parvenu à fixer la population dans notre comarque, apportant un nouveau souffle socio-économique.

Les villages de notre comarque

Formigal

Formigal

Formigal

Au pied de la station de ski de Formigal et à quelques kilomètres de la frontière française du Pourtalet

Biescas

Biescas

Biescas

Située au début de la Vallée de Tena à 875 mètres, au-dessus d'une ancienne vallée glaciaire, aujourd'hui fluviale

Sallent de Gállego

Sallent de Gállego

Sallent de Gállego

Capitale de la vallée de Tena, située à 1305 mètres d'altitude au bord du lac artificiel de Lanuza et au pied de la Peña Foratata

Lanuza

Lanuza

Lanuza

À 1 281 mètres d'altitude, au cœur de l'un des paysages les plus impressionnants de la vallée de Tena

Escarrilla

Escarrilla

Escarrilla

Petit village à 1 120 mètres d'altitude enclavé dans une large cuvette à la confluence des ríos Escarra et Gállego

Sandinies

Sandiniés

Sandiniés

Petit village pittoresque de quelque 50 habitants, situé à 1 294 mètres d'altitude au pied de la Sierra Partacua.

Tramacastilla de Tena

Tramacastilla de Tena

Tramacastilla de Tena

Charmant petit village situé à 1 224 mètres d'altitude. Caché entre pinèdes, chênaies et prairies, il jouit d'un paysage inégalable

Panticosa

Panticosa

Panticosa

Joli bourg situé en bordure du río Caldarés, à 1 200 mètres d'altitude

Balneario de Panticosa

Balneario de Panticosa

Balneario de Panticosa

La station thermale Balneario de Panticosa est une enclave privilégiée et unique située à 1 636 mètres d'altitude au sein de la cuvette glaciaire du río Caldarés

Pueyo de Jaca

Pueyo de Jaca

Pueyo de Jaca

Situé à 1 091 mètres d'altitude, sur les rives du lac artificiel de Búbal, à la confluence des ríos Gállego et Caldarés

Piedrafita de Jaca

Piedrafita de Jaca

Piedrafita de Jaca

Situé à 1 242 mètres d'altitude, au pied de la Sierra de la Patacua, c'est un bel exemple d'architecture traditionnelle pyrénéenne assez bien préservée

Hoz de Jaca

Hoz de Jaca

Hoz de Jaca

Avec ses 74 habitants, ce village qui se trouve sur la rive droite du río Gállego constitue un véritable mirador sur le lac artificiel de Búbal

Yésero

Yésero

Yésero

Situé à 1 132 mètres d'altitude, il est limité au nord par la sierra Tendeñera, à l'est par le col de Cotefablo et au sud par le mont Erata

Gavín

Gavín

Gavín

À l'entrée de la vallée d'Ara et Ordesa, à 974 mètres d'altitude, ce petit village a été presque complètement détruit pendant la guerre civile espagnole

Sobremonte

Sobremonte

Sobremonte

Situés sur le Sobremonte de Biescas, presque à 1 300 mètres d'altitude, se trouvent les petits hameaux d'Aso de Sobremonte, Yosa de Sobremonte et Betés

Sabiñanigo

Sabiñanigo

Sabiñanigo

Centre de services et capitale du Serrablo, située à 698 mètres d'altitude

Yebra de Basa

Yebra de Basa

Yebra de Basa

Localité de l'Alto Gállego située dans les pré-Pyrénées centrales de la province de Huesca

Caldearenas

Caldearenas

Caldearenas

Localité urbaine née avec la construction de la voie ferrée, Caldearenas partage sa mairie avec Javierrelatre depuis les années 1960-70

X